Description du projet

C’était mes premières armes en 84 et 85, nous avons arrêté le groupe Tokio chez Musidisc et avons pris un virage anglo-saxon avec à peu près le même line up, mais renforcé  d’un chanteur anglais pour signer finalement chez WEA et E.M.I Londres en publishing avec Alan Jacob. Cela m’a permis de travailler avec des producers comme Brian Tench, Stuart Bruce, Tim Palmer  dans des studios tels que Air Studio, CBS, Confort Place Studios, Mayfair, Konk Studio et West Side Studio, et d’apprendre à me servir des Emulator II, Fairlight III, synthés analogiques tels que Jupiter 8, Oberheim OBX, Memorymoog, PPGwave 2.3, Prophet 5 etc…

J’étais jeune, j’avais 22 ans et j’ai beaucoup appris à cette époque sur le maniement des synthétiseurs et aussi des consoles Neve et SSL. C’est comme si j’avais fais un long stage gratuit de presque une année.

Brian Tench connaissait pas mal de monde, on a eu Mel Collins au saxo à Confort place Studio, et avec Stewart Bruce,  on s’est retrouvé à West Side Studio avec Tears for Fears dans la cabine d’à côté. Ils enregistraient  leur fameux album The Seeds of Love.  Je jouais au billard avec Curt Smith et au ping pong avec Roland Orzabal. A Air Studio, c’était Robert Plant qui était dans l’autre cabine, il m’a offert un café, ou encore à CBS studios avec Prefab Sprout dans le 2ème studio, dont j’ai retrouvé le batteur Neil Conti quelques années plus tard à ICP à Bruxelles pour les batteries du Manteau de pluie de Murat. Inoubliable, c’était magique. Se retrouver là, nous petit groupe français, et côtoyer ces artistes, j’étais dans un rêve, qui fût court car l’album n’a pas assez vendu ensuite pour équilibrer le budget et il n’y a pas eu de 2ème album malheureusement. Un grand classique.