Description du projet

Share

×

Murat Live et Mademoiselle Personne

Première tournée regroupant les 3 premiers albums pour lesquels nous avons travaillé ensemble (Cheyenn Autumn, Le Manteau de pluie, Venus). Il y a eu un film tourné pendant les concerts avec Elodie Bouchez, elle débutait, l’histoire d’une fan qui suit un artiste. Il n’a jamais été diffusé, mais la bande son était vendue avec le live, une bande son de film sur un double cd ….. sans film , marrant non ?

Pour le live nous étions 7 sur scène, 2 guitaristes, basse, batterie, pedal steel, Jean Louis à la guitare et moi aux claviers / guitare, ce qui fait que pour quelques titres dont La fin du parcours ou Matelot, on était 4 guitaristes. Ça déchirait pas mal, j’avais emmené ma strate 12 cordes que je passais dans un sansamp qui partait dans une pédale combo reliée à une Leslie, ça faisait un son qui venait d’une autre planète. J’avais hâte  que ces 2 titres arrivent pour endosser ma guitare et qu’on se retrouve à 4 guitaristes, je kiffais grave.

Tournées Dolores 

Pour la tournée qui a suivit la sortie de l’album Dolores, on est allé à l’inverse. On l’a faite à 2 avec des projections vidéo, j’avais préparé des programmes de samples étranges, j’avais une boîte à rythme, un piano, un sampleur, un synthé, Jean Louis ses guitares et c’était très minimaliste du coup, l’inverse de l’album en quelques sortes, on a fait la même chose ensuite pour l’album suivant Mustango.

 Muragostang

C’était après l’enregistrement de Mustango, on a fait l’inverse sur scène, très samples et synthétique. J’avais un pédalier, des claviers, 2 sampleurs, et j’envoyais des séquences avec un Macbook et un EMU IV, 8 sons envoyés sur une Mackie que gérait Jean Louis. Je faisais des rythmiques avec des bruits d’agrafeuses, de tape à bois, des pas dans la neige ou des feuilles, trots de cheval etc… C’était très créatif, car selon ce que Jean Louis choisissait dans les 8 pistes que je lui envoyait sur les 8 tranches Mackie, on réagissait différemment avec des son différents. On avait 2 amis qui étaient aux claviers, Régis, plutôt bidouilleur de minimoog, et Alain, qui faisait des pars, basses synthés et samples. Les concerts étaient du coup tous différents, un genre de happening new yorkais à la Wharol à l’époque des synthés et des samples. Double album live très barré et lunaire.